Où sont les morts ?

La Foi sans œuvres est morte.
Nous avons tous besoin d’une rançon !
La valeur de Sa Vie Humaine parfaite.

Haïku dédié à ceux qui ne croient en rien. Sauf eux, c’est à dire rien qu’au présent devant l’Infini et l’Éternité. Mais ce présent, soit une rançon.., nous a déjà été offerte. Il nous suffit d’observer, méditer puis de tenter d’imiter le Bien. Pour moi, cela sera par exemple un recueil de pensées édité dès le moyen-âge. Allez, je vous donne une piste, cette personne fut moine !

L’oie

L’oie

Elle volent bas
les oies sauvages
il va grêler ou pleuvoir

Shoâ

Poème en Haïku, pour symbole ce volatile. Mais si l’Oie occupe une place importante sur la Terre, elle est aussi le symbole de la liberté, du mouvement, de l’exploration du monde. Son vol est très structuré. Les Oies domestiques volent en file indienne, les Oies sauvages en chevron, de façon à économiser leur force.

Symbole de prudence, d’intelligence pour les romains, messagère de l’Autre monde dans la tradition celtique, l’oie est un animal qui a inspiré beaucoup de civilisations.

L’oie est associée à l’astuce, l’intelligence. C’était une qualité appréciée à Rome : « Virgile » raconte comment une oie avait prévenu les Romains : « Une oie volant sur le portique doré du temple jetait l’alarme en agitant ses ailes argentées et de ses cris perçants avertissait les Romains de l’approche des Gaulois. « Pline signale : » l’oie montre une vigilance dont témoigne la défense du Capitole, alors que le silence des chiens trahissait la cause publique. C’est pourquoi les censeurs donnent toujours en premier leur nourriture aux oies ». « Un groupe d’oies qui constamment murmure, dit le Bestiaire d’Oxford, symbolise ceux qui aiment se réunir, mais passent leur temps en bavardages et médisances. » « Les oies prennent grand soin de leurs petits. Horapollon a basé sur cette caractéristique le fait que l’oie soit employée, chez les Égyptiens, comme hiéroglyphe de fils. « L’oie domestique, trop grasse, ne peut voler. C’est pourquoi Alciato l’oppose à l’aigle et au faucon, au vol puissant, pour en faire l’emblème de l’inégalité… »