Archives de catégorie : Anecdotes

Ma Triumph Bonneville

J’ai toujours été en décalage vis-à-vis de mes petits amis !

Lorsqu’ils avaient de beaux vélos clinquants, j’avais de la part de mes parents pauvres une paire de patins à roulettes … !

Lorsqu’ils avaient de belles mobylettes, j’avais de la part de mes parents pauvres un vélo … !

Vous l’aurez compris que tout fonctionnait ainsi … ! Jusqu’à ma mode vestimentaire en décalage à chaque fois d’une année … ! Cela m’était du baume au cœur de déambuler en pantalon pattes d’éléphant orange lorsque les Rolling Stones lançaient la mode des pantalons sombres en noirs et serrés, nommés tuyaux de poêle !

J’étais tellement complexé que je rougissais même en faisant la bise à une fille en pensant lui faire ainsi l’amour … ! J’avais un grave attardement mental parmi mes connaissances du moment !

A l’âge de 12 ans, j’étais une grande asperge faisant 1 m 80 de haut, 85 aujourd’hui, je porte encore mon caban de marin breton signé Schott Clothers, toujours est il … ! (Mes parents achetaient de la qualité faîte pour durer à vie… en se privant).

Un jour… J’ai décidé de prendre mon destin en main en devenant musicien, gagnant de l’argent facile par la délinquance avec mes amis forains.., en travaillant aussi dans une maison de retraite à nettoyer les personnes incontinentes ou grabataires … ! Maintenant les rôles sont inversés, je suis incontinent pas encore grabataire mais cela est comme si… avec cette damnée Sclérose en Plaque.

He used to be like everybody else, ‘Il voulait être comme tout le monde‘ … ! Ne plus supporter le regard narquois des autres…

Un jour… j’en eu assez d’argent pour acheter Ma moto une Triumph Bonneville, comme Marlon Brando dans le film mythique, l’Equipée Sauvage‘.

Triumph Bonneville

La réaction se fit comprendre de la part de mes parents… Ils étaient partagés… Ils concevaient ma passion mais pas de risquer de continuer de me mettre en infraction !

La sentence fut à la mesure de mes valeurs… Privé de TV pendant un an… Privé de sorties pendant un an… Et de corvées de tâches ménagères, vaisselles, entretiens des espaces verts de notre jardin et celui des voisins… Je devais étudier et encore étudier tout… mes devoirs scolaires… mes cours de musique… Mon seul espace de libertés … !

C’est là que la sœur cadette pris de l’assurance en comprenant qu’en étant sage comme une image… elle obtiendrai tout sur moi… Parfois en pleurant et hurlant seule dans sa chambre à ma décharge qui voyait sa peine se prolonger… !

C’était sans compter sur ma nature généreuse et rebelle… Dès l’absence de mes parents… je bravais la Maréchaussée… Puis construisant mon mythe envers mes amis que je dépassais largement maintenant… Ils roulaient en cyclomoteurs toujours…

Puis ma vie amoureuse se décanta, je fis la connaissance lors d’une Boum de Florence O… après qu’une main aux fesses fut commise sur sa sœur, ma réaction fut prompte, je pratiquai les arts martiaux depuis l’âge de six ans, Karaté, Judo, Boxe Française, Escrime, Aïkido … !

Tout est normal… Plus rien à dire… !

Sauf que si… ! Les temps ont changé… ! C’est moi qui me sent en insécurité maintenant dans mon voisinage actuel… !

Les nouvelles générations suivent les anciennes… Mon immeuble se dénomme désormais la Cour des Miracles dans mon quartier… ! J’aurai l’occasion d’y revenir ultérieurement… !

Tout est normal… Plus rien à dire… !

Coup de foudre

Ma femme et moi nous nous sommes rencontrer sur Internet, nous avons sympathisé et instants magiques lorsque faisons connaissance tout est en accord… La tempête, le vent la pluie, les sirènes de pompiers, les passants fuyants, le cri des ambulance, les éclairs illuminant de ses flashs le jour tombant, la foudre tonnant de ses canonnades ç tue-tête ! Même à Disneyland, l’on aurait pas pu faire mieux en effets spéciaux !

Et nous avions la hargne de nous rencontrer, chacun à fait la moitié du chemin malgré les arbres tombant aux milieux des routes et pour moi le train déraillant 😉 Nous nous sommes séparés des années plus tard pour diverses raisons, ma maladie inconnue à ce jour, ma façon bohème d’aborder la vie, alors que j’avais face à moi une fonctionnaire amoureuse de sa tranquillité et de sa qualité de vie et cetera…

Mais nous sommes restés les meilleurs amis du monde ! Heureusement pour notre fils, Dieu en soit loué !